Believe digital et EMI Music France signent un accord de partenariat de distribution physique

emi

Believe Digital, premier label numérique d’artistes en Europe, et EMI Music, un des leaders
mondiaux du secteur musical, annoncent un accord de distribution physique.
Le partenariat Believe Digital-EMI est avant tout pensé pour les artistes afin de proposer une distribution de produits physiques en France aux producteurs et artistes dont Believe Digital gère, et continuera de gérer, l’exploitation (distribution, marketing et promotion) digitale.
C’est donc un service supplémentaire en phase avec le marché et les besoins des artistes que propose Believe Digital et qui peut s’adresser à la fois à des projets en développement,
ou à des artistes « confirmés ».
Pour les artistes en développement, l’idée est de démarrer le travail dans le monde digital, d’atteindre un certain niveau de notoriété et de demandes, pour ensuite pouvoir compléter l’exposition et le développement dans le monde physique. Pour les artistes à notoriété, c’est de pouvoir leur apporter une offre de service complète et rémunératrice répondant à leur besoin.

Olivier Montfort, président EMI Music France : « Nous sommes particulièrement heureux de construire ce partenariat avec Believe sur le marché français. Notre expertise en termes de distribution physique leur permettra désormais d’offrir un éventail complet de services à leurs artistes »

Romain Vivien, Directeur Général de Believe Digital : “Nous accueillons ce partenariat avec EMI comme une réelle opportunité pour nos artistes, qui bénéficient désormais d’une offre globale pour développer leur projet alliant nos compétences dans le monde numérique à celles, dans le monde physique, d’une major. C’est également une véritable reconnaissance de notre expertise sur le marché de la musique digitale.”

4 réponses à “Believe digital et EMI Music France signent un accord de partenariat de distribution physique”

  1. viva musica says:

    Intéressant concept mais concrètement, comment ça marche ?
    Primo, a combien est le seuil ?
    Secondo, si l’artiste a dĂ©jĂ  un label et une petite distribution en ligne, peut il bĂ©nĂ©ficier de l’offre ?
    Secondo bis, si l’artiste a dĂ©jĂ  un distributeur et qu’il souhaite bĂ©nĂ©ficier de la force de frappe EMI, c’est possible ?
    Tertio, si l’artiste n’a pas pressĂ© de disque, il fait une licence avec Believe ou avec EMI pour la distribution physique ?

    Question bonus : Believe, (le futur) agrĂ©gateur officiel d’EMI ?

  2. Bonjour,
    L’idĂ©e est de faire bĂ©nĂ©ficier de ce partenariat uniquement aux artistes qui le nĂ©cessite, pour continuer Ă  fournir la qualitĂ© de service nĂ©cessaire.
    Believe n’est en aucun cas l’agregateur officiel d’EMI et reste concentrĂ© sur ses activitĂ© de label digital indĂ©pendant.

  3. IntĂ©ressant tout ça, c’est un partenariat logique.

    S’il y a une major qui a une ligne artistique de qualitĂ©, c’est bien EMI.
    Donc on sera ravi de travailler un jour avec eux.

    En attendant pour un petit label indé, la vente directe en concert et par correspondance reste le meilleur moyen de dégager une petite marge sur les productions.

    Les prix d’achat en dessous du coĂ»t de production proposĂ© par les distributeurs Ă  4 ou 5 € HT l’album et leurs dĂ©lais de paiement Ă  9 ou 12 mois ne permettent pas aux labels de travailler sereinement et d’investir sur leurs artistes.
    EspĂ©rons qu’EMI Music ait les moyens d’assurer une Ă©quitĂ© de rĂ©munĂ©ration pour les producteurs indĂ©pendants et leurs artistes et contribue un peu aussi aux frais de plus en plus consĂ©quents de promotion.

    Bonne nouvelle tout de mĂŞme.

  4. viva musica says:

    vivement les premiers albums bĂ©nĂ©ficiant de cette distribution, je serais curieux de voir le rĂ©sulat et le plus que cette distrib physique peut apporter dans le dĂ©veloppement de l’artiste.

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour soumettre un commentaire.